Une innovation écologique sur les toitures talençaises ?

Développé au Brésil, un dispositif ingénieux et innovant permet de filtrer l’eau de pluie captée par les toitures afin de la transformer en eau potable. Un dispositif qui a fait ses preuves, offrant un très bon rendement et permettant de produire plusieurs centaines ou milliers de litres par heure d’eau potable selon la superficie de la toiture.

Un filtre naturel et autonome pour nos bâtiments

Dénommé « Chove Chuva », ce système de filtre actif a été conçu pour collecter et traiter l’eau de pluie captée et canalisée par les toitures, afin de la rendre propre à la consommation humaine dans le respect des normes applicables à l’eau potable. Il s’agit d’un système révolutionnaire à plus d’un titre puisqu’il s’agit d’un système de filtrage indépendant à petite échelle, fonctionnant sans aucune énergie alimentant un quelconque dispositif électronique ou mécanique. Il est donc parfaitement autonome et naturel.

Fixé sur la descente d’eaux pluviales du bâtiment, il récupère l’eau collectée afin de la filtrer en deux étapes : un premier filtrage à gros tamis visant à bloquer les résidus les plus gros tombés intégrés au circuit d’évacuation des eaux pluviales, un second à base de traitement biologique qui permet de réguler le pH de l’eau, neutraliser les bactéries nocives et chlorer très légèrement l’eau afin de permettre le stockage de l’eau sans risque pour la santé dans des bidons spécialement prévus à cet effet.

Avec des performances très prometteuses, ce dispositif permet avec une toiture de 150 m2 de collecter jusqu’à 3000 litres par heure. Je vous laisse calculer la production d’eau réalisée à l’année, ainsi que l’économie sur la facture d’eau ! Des performances qui, si elles restent naturellement soumises aux aléas pluviométriques, sont plus qu’encourageantes.

L’innovation à Talence pour réduire notre consommation d’eau

Fidèle à mon ambition de tourner Talence vers l’avenir face au défi de la transition écologique, et de faire de notre commune un modèle en matière d’innovations et de bonnes idées pour notre environnement, je souhaite permettre l’étude de faisabilité pour son intégration aux bâtiments communaux. Et éventuellement travailler un dispositif d’accompagnement et d’aides en faveur des particuliers pour soutenir son installation sur le patrimoine privé de la commune. Le patrimoine public communal est de son côté composé de très grandes surfaces en toiture, et permettrait de collecter un volume d’eau potable loin d’être négligeables. Une production qu’il sera néanmoins nécessaire de contrôler et surveiller régulièrement afin de garantir une qualité constante aux talençais qui la consommeraient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *